Amazonie, le chamane et la pensée de la forêt

« L’Amazonie fout le camp » dénonce avec colère René Fuerst dans ses mémoires d’un ethnologue engagé. Le photographe Aurélien Fontanet poursuit le militantisme de son aîné. Il ne cède pas à la facilité d’idéaliser les peuples autochtones en les enfermant dans une mythologie visuelle du « bon sauvage », même si son travail n’est pas dénué de nostalgie. Cinquante ans après, il retourne chez les Xikrin pour confronter les images qu’avait réalisées René Fuerst avec la réalité actuelle. Sur l’une des photographies, Akruanture nous regarde, la main posée sur l’image de son passé. Un basculement des mondes.
Nicolas Crispini

 

Musée d’ethnographie de Genève (MEG)

Magazine Totem n°71

50jpg

amazonianmemory.org

Contamination du fleuve Kateté

Atelier Actinic

Enregistrer

Enregistrer